Le lac de l’Accesa, un voyage entre nature, histoire et légende

Notre agritourisme se trouve à 400 mètres du lac de l’Accesa, un merveilleux miroir d’eau qui s’est formé il y a environ 220 millions d’années dans une dépression karstique de calcaire caverneux.

D’une profondeur inférieure à 38 m, le lac offre une grande variété d’espèces animales et végétales à connaître et explorer ;

En effet, il accueille une faune de poissons parmi lesquels on trouve les carpes, les tanches, les brochets, les chevaines, les persiques, les ablettes, les anguilles et les truites, pour en faire une réserve de la Fédération italienne de Pêche sportive, alors que dans la nature florissante qui l’entoure on trouve des animaux typiques de la Maremma toscane tels que le sanglier, le hérisson, le blaireau, le lièvre, le renard et le chevreuil.
L’intégrité de l’environnement est le témoin de la présence de nombreuses espèces amphibies, parmi lesquelles la grenouille verte italienne, le crapaud commun et le crapaud vert, en plus de l’importante Tortue d’Herman typique de ces zones.

À proximité du lac, se trouve un intéressant parc archéologique où des fouilles ont récemment révélé une installation étrusque composée des restes d’habitation et d’une nécropole : les pièces qui ont été retrouvées se trouvent désormais au Musée archéologique de Massa Marittima.

Le parc archéologique se trouve dans un taillis épais de chênes, de chênes verts et d’ornes, mais on y trouve également d’autres essences de la flore locale telles que le chêne-liège, le chêne pubescent, le laurier, le lentisque, la bruyère, le myrte et le romarin.

L’histoire et les mythes du lac de l’Accesa

Le lac de l’Accesa, entouré du domaine de notre famille, se trouve à 400 mètres de notre agritourisme.

Il s’agit d’un des lieux les plus suggestifs de la Maremma et les Étrusques, habiles comme personne d’autre à choisir les lieux les plus beaux pour leurs installations, y vécurent sur les berges dès les IXème siècle avant J.C.

D’origine karstique, le lac a un émissaire, le Bruna ;

Ses eaux riches en minéraux (soufre, nitrates et phosphates) sont non seulement très propres, mais possèdent également des effets reposants et calmants : nos hôtes affirment dormir plus de d’habitude, en particulier après s’être baignés dans le lac.

Cela pourrait venir des vertus des eaux souterraines, ou de la magie du lac, remplie de légendes.

On raconte qu’en l’honneur de Sant’Anna, tous les agriculteurs du lieu consacrèrent le jour au repos. Mais un 26 juillet, mythique et lointain, des agriculteurs, ne se préoccupant par la tradition, procédèrent au battage, comme le raconte Lidia Orlandini :

Au matin, l’air s’était très tôt rempli du fourmillement des gens et des animaux : les hommes donnaient des ordres en hurlant, enveloppé dans la paille qui se levait et les recouvrait ; les enfants couraient en portant les pichets de vin ; les femmes, dans la grande cuisine, plumaient les poulets pour les préparer pour le déjeuner.

La scène était festive et personne de présentait de mal-être du fait de violer un pacte lointain, qui s’était établi entre l’homme et la divinité, on aurait même dit qu’une impression de défi flottait dans l’air : les paysans avaient bien travaillé leur terre et ils recueillaient désormais le fruit de leur travail.
Ce fut alors que l’air fut déchiré d’un terrible grondement, accompagné par des cris, des hurlements, des piétinements et des hennissements qui résonnaient sourd, rebondissant de colline en colline, puis tout fut englouti dans un gouffre qui s’était ouvert dans les viscères de la terre ; puis le retour au calme et dans ce lieu, les eaux verdâtres d’un petit lac brillaient au soleil.

(Par les sentiers, et les pistes. Le lac de l’Accesa et alentours, Follonica 2000).

Le comportement de Sant’Anna nous permet de reconnaître derrière le nom de la mère de la Madonne, la divinité de la terre, dame des récoltes et des travaux agricoles : Mater Matuta, Cerere, Demetra, très puissante et vengeuse, honorée et crainte sous différents noms de tous les peuples antiques, les Étrusques, les Italiques, les Grecs, les Latins, etc.

La légende pourrait contenir le fragment d’une histoire étrusque perdue.

On raconte qu’au cours de la nuit du 26 juillet, on peut entendre autour du lac des plaintes et des voix agitées, ainsi qu’un piétinement de chevaux et des mugissements des bœufs.

Du côté le plus proche de l’agritourisme, se trouve une petite plage et les rives permettent de se baigner même pour ceux qui ne savent pas nager, alors que le côté opposé permet de plonger : les nageurs font la course à traverser le lac.

Selon certains, au point le plus profond mesure 40 mètres, mais il parait que le fond est plein de branches empêchant une mesure précise.